dimanche 24 juin 2012

R BES A.- Une bonne raison de se tuer, Philippe Besson, Julliard, 2012

Note : Grrrrrr

L'histoire
A Los Angeles, deux destins tragiques se croisent le jour de l'élection d'Obama. Une ville symbole du rêve américain dont la bulle éclate face à une réalité désenchantée, y'a t'il encore une raison d'espérer. 

Mon avis
Vous savez combien j'accorde de l'importance aux incipits, ces petits commencements qui annoncent en général si le roman sera bon. Ici nous faisons face à la phrase "Il faut bien un début", je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve le concept assez éculé, quel auteur n'est pas tombé dans le piège au cours de sa carrière au point que c'est l'histoire littéraire toute entière qui en est témoin. J'exagère ? Ah bon, et la première phrase de la Bible c'est pas "Au commencement Dieu créa le ciel et la Terre" peut-être ? J'ai de l'exemple au kilo si vous le souhaitez. Et puis ensuite je me suis dit "Bon, c'est pas grave, c'est Philippe Besson, il doit assurer, il a un but derrière cette banalité déconcertante".  En effet, l'écriture est belle et coule avec assurance, mais qu'est ce que c'est banal...  On voit assez bien où P. Besson souhaite nous emmener mais je n'ai pas réussi à m'y intéresser, alors que je lisais je me déconcentrais en pensant en une sorte de parallèle à L'étranger de Camus et à J'irai cracher sur vos tombes de Boris Vian, le désenchantement de Camus allié à la noirceur du roman de Vian, d'ailleurs l'écriture en elle même n'est pas si éloignée de cela, ce qui est marrant car c'est une fois de plus un Français qui écrit dans un univers lié aux States. Je n'ai rien a dire des héros car clairement ils ne m'ont pas beaucoup intéressés mis à part peut-être une ou deux choses sur Laura.
J'ai trouvé la couverture tout à fait pertinente par rapport au livre, il n'y a pas de crédit photo mais il semble que la personne qui a pris la photo a lu le livre... ça change de certaines maisons d'éditions qui nous collent vraiment n'importe quoi sur la couv'. En résumé, c'est assez bien écrit s'il n'y avait pas eu ce fichu incipit de base, il y a un peu de fond mais finalement je n'ai pas été très intéressée. Dernier conseil, si vous avez tendance à être un peu dépressif, ne lisez pas ce livre. 

Rendez-vous sur Hellocoton !