dimanche 26 août 2012

RP JAM A.- La Mort s'invite à Pemberley, P.D. James, Fayard, 2011

Note : Grrrrrrrrr

L'histoire
Le domaine ancestral de la famille Darcy semble suivre le rythme doux des soirées données par les maîtres des lieux, le couple mythique : Elizabeth et Fitzwilliam Darcy. Mais à l'occasion du célèbre bal de Lady Anne la mort pourrait bien s'inviter à l'improviste. 

Mon avis
Que P.D. James est intelligente ! Voilà que la brillante romancière du monde du polar reprend les personnages d'Orgueil et préjugés de Jane Austen quelques années après leur mariage pour nous offrir une nouvelle aventure tout à fait logique de ce qu'il aurait pu advenir de la famille Bennet et des Darcy. Le premier chapitre est talentueux car il nous résume la rencontre des amoureux célèbres afin que les lecteurs qui ne connaitraient pas l'univers austinien ne soient pas perdus mais avec suffisamment d'originalité et de second degré afin que ceux qui connaissent leur Orgueil et préjugés sur le bout des doigts ne soient pas une demie seconde victimes de l'ennui d'une redite. 
Pour la petite histoire Jane Austen s'était elle même lancée dans la "para-littérature" en écrivant L'Abbaye de Northanger avec beaucoup du second degré qui la caractérise et se moquant un peu des lectrices de roman dont elle faisait partie. Comme le dit P.D. James elle-même, Jane Austen n'aurait certainement pas approuvé que ses personnages se voient confrontés à "des sujets aussi détestables"que le meurtre, les enquêtes, en somme, avec le roman-policier. Néanmoins j'aime à penser qu'elle aurait adoré lire ce roman en cachette tout en se scandalisant publiquement et en tonnant contre des principes aussi barbares. 
L'histoire en elle même est intelligemment écrite car elle s'appuie exclusivement sur les personnages de Jane Austen et leur caractère, sans pratiquement inventer rien d'autre ; ce qui m'a ravie plus que de raison car on se demande en refermant le livre ce qu'effectivement il aurait pu advenir d'autre à ces héros. J'ai aimé également les petites remarques impertinentes de l'auteure qui se permet de revenir parfois sur les improbabilités glissées dans Orgueil et préjugés, la confiance aveugle des lecteurs et le talent de Jane "S'il s'agissait d'un roman, le plus brillant écrivain lui-même pourrait-il réussir à faire croire à ses lecteurs qu'aussi peu de temps avait suffi à soumettre l'orgueil et à surmonter les préjugés ?". J'ai aimé aussi le clin d'oeil final aux fans austiniens qui évoque des personnages bien connus d'eux. Je ne dirais évidemment rien de l'intrigue mais c'est pour votre bien ! 
Rendez-vous sur Hellocoton !