samedi 22 mai 2010

R FOR A - Lieutenant de marine : Capitaine Hornblower.- C. S. Forester, Phébus, 2010

Note : Grrrrrrrrr


L'histoire
Le Renown bâtiment de guerre prend la mer et a pour mission de détruire un nid de pirates espagnols à Saint-Domingue. Malheureusement, le Capitaine de vaisseau complètement paranoïaque mène la vie dure à tous ses gens jusqu'au moement fatal où alors qu'il pense écraser une mutinerie, il tombe ou on le fait tomber. Grièvement blessé sa santé mentale sombre irrémédiablement. Son second va devoir assumer les choix à faire à bord. Doit-il lire les instructions secrètes du gouvernement ? Ceci ne lui portera-t-il pas préjudice ? Quelles sont les manoeuvres obligatoires à bord pour maintenir l'ordre dans l'équipage ? Autant de questions que Buckland et Bush se sentent bien incapables de résoudre. Mais l'officier Hornblower inférieur à tous les autres gradés va se révéler être le vrai capitaine du navire, à l'aise aux manoeuvres, ainsi qu'aux stratégies militaires, tout comme pour redonner du courage aux troupes. L'accident du vrai capitaine en paraîtrait presque prémédité pour mettre en valeur ce jeune homme aux savoirs maritimes insoupçonnés.

Mon avis
Ce qui est très fort, c'est le tour que nous joue l'auteur. Sous les descriptions banales d'une vie à bord d'un navire de guerre, Forester met en place le plus sournois des pièges envers le lecteur. Il nous fait jongler en permanence entre deux possibilités, on se demande en permanence si Hornblower est un chanceux obséquieux ou un calculateur adorable. J'ai fini, comme tous les personnages du livre par tomber sous le charme de Hornblower. Il n'est pas d'une beauté folle, il s'émerveille comme un enfant devant des choses nouvelles pour lui comme l'épisode de l'ananas ou ces nouveaux pays, ou cette femme banale qui ne mériterait même pas de figurer dans un roman en temps normal. Mais nous voici au coeur du problème : la normalité de toute chose en font une oeuvre exceptionnelle, de même, je pense que le talent de Forester est de ne nous liver aucunes des clefs du mystère qu'il a créer autour de nous. On ne saura jamais si Hornblower est mêlé à l'affaire de la chute du capitaine, si Hornblower est intelligent au point d'avoir mener plus de 200 hommes par le bout du nez pour arriver à ses fins, bref, on est loin de ces romans expulsés au kilo par les éditeurs de leurs grosses presses industrielles. Et j'aime tout particulièrement les petits riens qui meublent le quotidien de Hornblower : l'ananas, son émerveillement pour ce nouveau pays, son amour "si enfantin" de fin de roman.
J'aime lorsqu'un auteur suggère mais ne dit pas, c'est respectueux du lecteur, c'est également faire travailler cette merveilleuse collaboration qui existe entre celui qui écrit et celui qui lit, cette re-création si particulière qui confère aux romans leur caractère romanesque.

En revanche, un CARTON ROUGE pour les éditions PHEBUS libretto que j'adore en temps normal, où est passé le lecteur-correcteur des éditions, il a laissé passer des dizaines de coquilles... Je ne suis pas la première à écrire sans fautes mais là je dois avouer que le travail a été blaclé. Très belle couverture de l'illustrateur Hippolyte qui fait un travail admirable dans l'univers du graphisme et de la BD. Au passage ce n'est pas celle que l'on voie sur mon illustration, cette couverture a été mise en couleur par la suite apparemment.
De plus, à noter, les éditions Phébus vous permettent de lire les premières pages en ligne en cliquant sur les couvertures ce qui n'est pas mal.

En cherchant, sur Internet je viens de me rendre compte que de vieux films existaient sur les aventures de Hornblower, je vais donc me précipiter chez mon vidéothécaire pour trouver ces petites perles en étan certaine d'être fatalement déçue.

Livre commencé le vendredi 21 mai et terminé le samedi 22 mai 2010

Rendez-vous sur Hellocoton !