mardi 6 novembre 2012

DVD FRE A.- Freaks : La Monstrueuse parade, Tod Browning, 1931

Note : Grrrrrrrrr

L'histoire
Dans un petit cirque européen, des fiancés Hans et Frieda tous deux lilliputiens voient leurs voeux réduits en cendre par les manoeuvres dégradantes de la trapéziste Cléopâtre qui joue de ses charmes pour séduire Hans et lui voler la fortune qu'il possède. Les manigances de la vénéneuse Cléopâtre portent leurs fruits et cette dernière épouse Hans, mais le soir même elle tente de l'empoisonner avec l'aide de son amant. Mais dans le monde des "Freaks" comme ils se surnomment, une solidarité unanime peut tout faire basculer et gare à qui voudrait leur causer le moindre tort. 

Mon avis
Depuis des années et des années j'entends parler de ce film, les légendes autour de ce dernier sont telles que je savais que dans Blanche-Neige le manteau à haut-col de la marâtre était inspiré du manteau de scène de Cléopâtre, que le film Elephant man recélait nombre d'hommages au film de Browning  et que nombre d'écrivains de polar et de fantastique y font référence à chacun de leurs écrits, mais... je dois avouer que je rechignais à le voir me préparant à être choquée par des idées venues d'une autre époque. Et puis finalement après un antépénultième conseil d'un ami, qui était certain que ce film me plairait, je m'y suis risquée. Je ne le regrette pas. Le talent de Tod Browning est de nous faire oublier les particularités physiques des premiers rôles et de nous montrer l'âme tordue et atrocement ténébreuse que les personnages sans particularité physique recèlent au tréfonds d'eux même. J'ai apprécié tout particulièrement les documentaires d'accompagnement de ce film vu par différents réalisateurs, producteurs, acteurs, acteurs de petite taille et la mise en valeur de leur point de vue sur ce film. 
Le second tour de force de Browning c'est qu'il est le premier (je crois) à avoir parlé de l'envers du décor et de la vie quotidienne des forains. C'est bien joué. 

Je n'ai jamais vu un tel film avec un tel sujet et n'en reverrais probablement jamais car il faudrait posséder une finesse au-delà du concevable pour aborder un thème comme celui-ci. 

J'ai appris dans le documentaire qu'à la base la fin du film devait montrer une scène où la foudre s'abattait provoquant les dégâts annoncés dés la première image du film et permettant une vengeance de poids, mais la violence de cette scène aurait choqué le public de l'époque et été retirée mais il subsiste malgré tout un ou deux éléments dans le dialogue qui nous mettent sur la voie. 

Rendez-vous sur Hellocoton !