dimanche 12 décembre 2010

F CON A.- Le Livre des choses perdues, John Connolly, Ed. J'ai Lu, 2010

Note : Grrrrrrrrrr

L'histoire
En plein blitz Londres essaie de se battre tant bien que mal contre une armée allemande véloce aux attaques. Perdu au milieu de ce contexte politique, le petit David se bat lui même contre la mort de sa mère décédée à la suite d'une longue et douloureuse maladie ainsi que contre la nouvelle femme de son père qui ne tarde pas à avoir un enfant qui accapare l'attention du père et de Rose au détriment de David. Le jeune garçon se retranche dans un univers onirique de livres, romans d'aventures, scientifiques mais surtout les contes lui tiennent compagnie. Petit à petit, David entend des voix, il ne s'inquiète pas ce sont les livres qui lui parlent mais il pense encore que son imagination en est la cause et puis une nuit après une dispute particulièrement violente avec sa belle mère il entend la voix de sa mère morte. Elle le guide vers la forêt et le supplie de l'aider. Soudain David se retrouve plongé dans un autre monde où Blanche Neige et le Petit Chaperon Rouge sont réelles mais ne semblent pas correspondre totalement à la vision qu'en donnaient les contes. Le monde violent dans lequel David se retrouve vont l'obliger à agir avec son coeur et son courage mais im se pourrait bien que cela ne suffise pas à lutter contre l'Homme Biscornu.

Mon avis
Attention ce livre est un conte de fées à la manière de l'Oiseau d'Ourdi, c'est à dire à ne pas placer entre toutes les mains, les chambres d'horreur et les marmites de sang se remplissant allègrement de rouge liquide. Je ne connaissais pas John Connolly mais je ne regrette pas cette rencontre. Sur les traces de Lewis Carroll ce dernier nous entraîne dans un monde d'une violence extrême contrebalancée par un humour faire se dérider une momie. Le parallèle entre la vie psychique et l'univers du merveilleux est ici poussée à son maximum et l'auteur lui même nous avertit. Ce qui est formidable c'est que l'auteur a beau nous dire "Attention nous entrons dans le domaine du rêve" on se prend à avoir peur tout de même pour le héros et à ressentir les conséquences psychiques d'une aventure imaginaire qui aurait mal tourné et inversement. Ce qui me semble extravaguant c'est le nombre incalculable de références aux contes que Connolly nous propose... Quelle culture ! Je conseille le livre aux adultes, à ceux qui sont atteints du syndrome de Peter Pan et aux ados. Je voudrais conseiller ce livre en fait pour un seul passage qui mérite la lecture à lui seul : le fameux passage de Blanche Neige, sur lequel je ne dirais rien pour ne pas gâcher la découverte mais qui m'a fait rire pendant deux jours, ça vaut son pesant de cacahuètes... 
Rendez-vous sur Hellocoton !