dimanche 5 décembre 2010

DVD CRI A.- Pirates, Michael Crichton, éd. Robert Laffont, 2010

Note : Gr

L'histoire
En 1665 à la Jamaïque, une guerre sans merci se livre entre corsaires et pirates, il est facile de tomber d'un statut à l'autre. A Port Royal une rumeur circule sur l'existence d'un navire rempli d'or amarré dans le port de Matanceros île gouvernée par un terrible Espagnol Cazalla. Le Capitaine Hunter va fomenter une attaque afin de récupérer ce trésor.

Mon avis
Je viens d'atteindre une limite personnelle. Parlons d'abord de l'auteur, Michael Crichton qui était un des scénaristes les plus demandés. Jurassic Park, Urgences, Twister, Sphère etc... c'est lui. Bon, ça vous pose un homme normalement... Je dois avouer que jeune ado j'avais lu Sphère et j'avais trouvé ça assez impressionnant d'un point de vue philosophique (depuis j'ai lu Nietzsche), plus tard à 18 ans, j'avais lu Jurassic Park et j'avais été ulcérée car il me semblait percevoir une sorte d'appropriation de l'oeuvre de Conan Doyle et de son Monde perdu (titre qui sera repris plus tard pour la suite des dinosaures tueurs ce me semble), je n'avais d'ailleurs eut aucun scrupule à tenter de créer un  abat jour avec les pages tirées dudit livre. Les autodafés il faut pas cracher tout le temps dessus ;o). Bref, à 22 ans toujours sous le coup de mon écoeurement contre Crichton je suis obligée de faire un compte-rendu de lecture sur le 13ème guerrier. Toute à ma colère je tombe des nues car je trouve que l'histoire est plutôt pas mal et que le héros est des plus attachants. A présent, en me promenant dans ma librairie préférée je croise en rayon Pirates, comment ? il aurait écrit sur mon sujet de prédilection ? Je m'empresse de lire le roman... et là je m'indigne une fois de plus. Crichton a repris absolument tous les clichés possibles et imaginables pour "bidouiller" un roman populaire qui prend les lecteurs pour des ovins. La tentative de scénario transparait là-dessous, d'ailleurs j'imagine  Colin Farrell dans le rôle de Hunter, Michael Clarcke Duncan dans le rôle du Maure muet, Angelina Pitt dans le rôle de Lazue, le petit Justin Bieber faisant une apparition, bref les rois de l'esbrouffe du moment seraient tous dans ce film. Pour vous donner une idée du résumé, ce livre est un mélange entre Ocean eleven et  un très très mauvais film de pirates des années 60 comme par exemple Le fils du Capitaine Blood avec Sean Flynn. Ensuite le scénario est aussi peu crédible qu'une moule se précipitant toute seule dans un four. Le héros est un abruti fini, l'agence tout risque qui l'accompagne est composée d' hyperspécialistes tout droit sortis d'un catalogue Kettner, les femmes sont toutes des prostituées (Crichton devait avoir des sacrées relations avec sa mère...) et comble de l'infamie on passe d'un roman qui se veut "réaliste" aux monstres de carton pâte des séries Z avec l'apparition d'un kraken d'une bêtise effrayante. Les héros semblent n'avoir ni âme, ni but, les tortures infligées au frère de Hunter semblent anecdotiques au lecteur et émeuvent le héros autant que si une sardine lui avait craché dans la main. Enfin je louche méchamment sur le vocabulaire de navigation utilisé qui semble plus tiré de "conduire votre yacht de milliardaire pour les nuls" que tiré du dictionnaire maritime. Je ne parle pas de l'intrigue qui est tellement tirée par les cheveux que je sui chauve au moment où je vous écris. Bref, voilà un beau navet de Noël. Dernier point, on peut se douter que ça sent le pâté à la couverture qui est en lice pour le prix de la couverture la plus moche. On a fait le tour je crois non ? 
Rendez-vous sur Hellocoton !