dimanche 17 juillet 2011

BD BEL A.- La Belle Image, Cyril Bonin, Marcel Aymé Ed. Futuropolis, 2011

Note : Grrrrrrrrr

L'histoire 
Un homme s'aperçoit soudain que son visage n'est plus le sien. Son reflet lui renvoi l'image d'un jeune homme extrêmement beau alors que jusqu'à présent il n'avait été au mieux que banal. Sa femme ne le reconnait pas, il va tenter de la reconquérir. Même si la faire tomber amoureuse de lui est peut-être se faire tromper lui-même. Il croise la route d'une femme qui l'avait jusqu'alors ignoré. 

Mon avis
Marcel Aymé est un des plus grands écrivains que nous ayons jamais eu, son art consommé du détail "qui tue" de la situation inextricable, de l'ambivalence de ses personnages le rendent unique dans toute la littérature. 
A côté de cela il y a le grand Cyril Bonin dont on reconnait la patte à trois kilomètres, qui nous donne toujours à voir une galerie de personnages léchés, des couleurs si belles, des atmosphères si particulières. Bref, tout est parfait. J'avais appris à connaître Cyril Bonin avec la fabuleuse série Fog que j'avais collectionné avec fièvre, puis j'avais rencontré Roger Seiter un des hommes les plus charmants et les plus gentleman que j'ai rencontré, avec qui C. Bonin avait conçu cette série, ce qui m'avait confirmé après discussion que "les bons gars" font de bonnes BD. Après est venu le fabuleux Quintett et Quand souffle le vent dont on n'arrive pas à décrocher comme ça. Et puis un jour il y eut l'ultime révélation, the sherry on the cake, le chapeau claque sur le Raoul, bref, il s'est mis à travailler sur une transposition de L'Aiguille Creuse. Je ne pouvais qu'adhérer comme vous vous en doutez, n'ayant pour seules icônes pop que  l'Arsène cambrioleur de coeurs et notre cher sociopathe habitant au 221 B Baker street. Cela était trop beau pour être vrai.  Et maintenant, il y a cette reprise de Marcel Aymé, Cyril Bonin nous montre comment on fait un sans faute dans un parcours. Asseyez-vous donc et appréciez, c'est du velour. Pourtant je me pose une question. Comment quelqu'un qui a autant de sens du détail ne se lance pas dans ses propres scénarios plutôt que de reprendre les romans des autres ? En tout cas, assise sous mon tilleul, un thé à proximité, j'ai passé un dimanche fabuleux avec cette BD. A recommander aux amateurs de littérature, à ceux qui n'ont jamais lu de BD convaincus que le seul art valable est l'écriture, ce sera l'occasion de leur faire changer d'avis. Je vous renvoie sur ce site où en plus vous pourrez lire une version du Chat botté... 
Rendez-vous sur Hellocoton !