mercredi 10 août 2011

CD ALA A.- Le Grand Meaulnes, Alain-Fournier, lu par Yvan Belluardo Ed. CdL, 2009

Note : Grrrrrr

L'histoire
François Seurel adolescent vit sa vie d'écolier de village près de Vierzon tranquillement, jusqu'au jour où Augustin Meaulnes fait son entrée dans sa classe. Le grand jeune homme épris de liberté va découvrir une nuit de maraude un bien étrange domaine aux couleurs des fêtes nocturnes, menée par un groupe d'enfants. Augustin y rencontre une étrange jeune fille à la beauté fantasmagorique, partant du domaine, il cherchera à y revenir sans en trouver le chemin, mais un jour... 

Mon avis
Du coup, je connais un peu la Sologne pour y être allé assez souvent et ce roman décrit à la perfection l'ambiance de ce que l'on peut trouver dans ces forêts immenses claires et mystérieuses. C'est en cela qu'il s'inscrit dans le plus style du roman du terroir, décrivant des lieux qui ont existé, des traditions, un quotidien d'une époque donnée. La rudesse du comportement de certains personnages donnent l'aspect terre à terre et très réaliste, propre aux écrivains de l'époque d'Alain-Fournier. Les lieux et les personnalités sont tellement propres à la Sologne que l'on est pas étonné outre mesure lorsque l'on apprend que l'auteur était originaire de cet endroit même. Ce livre est cité par nombre de personnes comme un roman fantastique, permettez-moi de bouder seule dans mon coin, donc. C'est du réalisme fantasmé,  onirique, fantastique mais c'est du réalisme avant tout, car rien n'appartient à l'ordre de l'apparition du surgissement de l'impossible. Vous me direz et la Sablonnière et Yvonne ? Oui mais non si on devait reclasser ainsi les romans je mettrais les 3/4 de la production littéraire dans le fantastique. Néanmoins, l'auteur utilise les mots du fantastique : rêve, vision, que l'on aurait dit inhabité, inexplicable, étrange domaine... et j'en passe. Sans oublier les cadres dans lesquels il introduit ses héros comme la fameuse chambre de Wellington. On fonctionne ici sur le parallèle et la mince frontière qui existe entre la réalité et la réalité rêvée, c'est en quelque sorte la fin d'un pays d'enfance qui se cristallise dans ses derniers moments d'existence. D'ailleurs ce n'est pas pour rien que cette aventure se passe à leur âge, ils sont en train de devenir adultes et la sombre réalité reprendra durement ses droits, arrachants ses parements de soies et ses dorures à la réalité enchantée par l'oeil de l'enfance. 
J'ai lu ce roman une fois il y a bien longtemps, mais je ne gardais de ces pages que deux poèmes de Verlaine dans les Fêtes galantes qui s'appelle Mandoline et un autre Clair de lune qui retraduisent à la perfection l'ambiance du livre même si ces poèmes n'en font pas partie. Plus tard j'avais essayé de relire quatre ou cinq fois ce livre sans y parvenir, je buttais toujours à l'arrivée d'Augustin et abandonnais le livre sans savoir pourquoi.  Cette fois j'ai rusé, je me suis tendue un piège. Je l'ai pris en CD et l'ai collé sur l'autoradio de ma voiture et cette fois j'ai trouvé le chemin des Sablonnières. Peut-être que je n'arrivais plus à lire ce roman car Augustin me ressemblait trop par certains côtés. D'ailleurs je n'arrive pas à être totalement satisfaite de ce livre, il ressemble par trop à mes pires cauchemars. 
Merci au challenge SFFF de m'avoir poussé à le redécouvrir !!! 

Rendez-vous sur Hellocoton !