vendredi 12 août 2011

FY MAG A.- Wicked : La véritable histoire de la méchante Sorcière de l'Ouest, Gregory Maguire, Ed. Bragelonne, 2011

Note : Grrrrr

L'histoire
A la naissance de la petite Elphaba on se doutait que quelque chose clochait, elle arrachait les doigts de ceux qui l'approchaient et était irrémédiablement de couleur verte. C'est ainsi que naquit la méchante Sorcière de l'Ouest. Mais avant d'acquérir ce titre, Elphaba va grandir, aller à l'école, se faire des amis, connaître l'aventure, prendre soin de sa soeur, bref, une vie de femme loin du mal et luttant pour le bien.

Mon avis
Si l'histoire est écrite par les vainqueurs, nous en avons une bonne illustration ici avec ce livre, préquelle ou "séquelle" du roman de Baum Le magicien d'Oz ; nous suivons les traces d'Elphaba cette fausse méchante sorcière qui se bat pour la liberté et la vérité et finira par mourir sous la main de la naïve Dorothy. Mais nous y reviendrons.  L'intro est longue et pénible sur plus de 100 pages. Je dois avouer avoir abandonné la lecture puis y être revenue après avoir lu une critique réellement élogieuse de quelqu'un que j'aime bien. Il est vrai que le temps d'adaptation est assez conséquent mais  passé l'enfance d'Elphaba, on admire la mise en place des personnages et de l'histoire politique du pays. Ce qui n'est pas mal ce sont avant tout de voir les personnages vieillir, les connaître depuis le berceau et de voir les mouvements politiques se radicaliser au fur et à mesure ce qui me ramène inlassablement au roman La Vague qu'il fait avoir lu pour comprendre comment monte le fascisme mine de rien dans n'importe quel pays à n'importe quelle époque. Soyons clairs, j'ai lu ce livre jusqu'au point final, mais je ne l'ai pas aimé. En lisant la petite bio de l'auteur sur la jaquette du livre  il semble qu'une comédie musicale à succès existe adaptée d'après ce roman. Je m'interroge. L'aspect politique et sexuel du roman est difficilement transposable sur scène. Le musical doit être donc sacrément édulcoré surtout s'il a connu le succès qui est dit aux Etats-Unis.  Je met quelques rugissements pour saluer le travail fait sur les personnages. En ce qui concerne l'oeuvre de Baum, je l'ai beaucoup aimé en ayant toujours haï le personnage du magicien d'Oz, je trouve que de ce point de vue c'est pas trop mal fait. 
Abordons le "packaging" qu'en a fait Bragelonne, je les applaudis de ce point de vue, c'est parfait, l'objet livre est très esthétique et très agréable à lire (même si un peu lourd, mais sur cela je pense qu'ils n'y peuvent pas grand chose). De plus,l'illustration de couv' de Noëmie Chevallier est magnifique et donne réellement envie de lire ce livre. Est-ce que je déconseille ce livre à la lecture ? Non, en fait on peut tout de même y trouver son compte si on arrive à passer l'épreuve des cent premières pages. 
Rendez-vous sur Hellocoton !