lundi 26 septembre 2011

T FIA A.- Fiasco ! Des écrivains en scène, Ed. Gallimard, 2011

Note : Grrrrr

L'histoire
On peut être célèbre, déclaré comme étant une des figures intellectuelles marquantes de notre siècle et se payer de ces petites vexations et hontes du quotidiens qui se chargent de vous faire dégonfler les chevilles aussi sec.

Mon avis
25 minutes de lecture et 15 minutes de rire. De grands auteurs anglo-saxons révèlent leurs plus grands moments de solitudes face à leurs lecteurs et leurs débuts parfois difficiles d'auteurs. Tout n'est pas bon soyons clairs, cela fait un peu parfois propos recueilli entre deux portes par une attachée de presse. Malgré tout, j'ai tout particulièrement aimé les pathétiques débuts d'André Brink précédé du proverbe espagnol "Mieux vaut une mort discrète qu'une honte publique" qui colle assez bien à la triste situation dans laquelle il s'est plongé tout seul. Dans mes anecdotes favorites il y a celle également de Matthew Sweeney et de ses dents atomisées par le caramel, celle de Simon Armitage qui doit se résoudre à dormir habillé et l'inénarable Thomas Lynch qui n'est pas des plus physionomistes. C'est une belle leçon de remise en place d'égo de grands hommes en tout cas, comme quoi le petit peuple n'est pas le seul a essuyer des revers. J'ai trouvé le concept intéressant, dés que la notoriété fait poindre son nez, la honte est dans le cortège d'affabilité qui la suit de près. Je trouve dommage que nous n'ayons dans ce recueil que des écrivains anglo-saxons, j'aurais trouvé amusant de lire des anecdotes de littérateurs français qui auraient fait référence à notre quotidien plutôt que de ne lire que des histoires sur les gens de Washington.  Je remercie les éditions Gallimard de m'avoir envoyé ce livre qui a contribué de me faire passer un début d'après-midi sous le signe du rire aux larmes. 


Rendez-vous sur Hellocoton !