lundi 16 avril 2012

BD SHE A.- Sherlock Holmes, Leah Moore, John Reppion, Aaron Campbell, Panini Comics, 2011, 20€

Note : Grrrrr

L'histoire
Sherlock Holmes reçoit une lettre de l'ancien commissaire adjoint qui lui demande de l'aide car ce dernier est menacé d'être assassiné et qu'une vague d'attentats va endeuiller Londres. Le détective, son fidèle Watson et le Yard se rendent auprès du vieil homme mais alors que le limier se trouve seul dans la chambre du vieillard ce dernier est abattu d'une balle dans l'estomac. Lorsque les inspecteurs et Watson ouvrent la porte de la chambre close ils trouvent Holmes une arme encore fumante au poing. Le procés du siècle va alors commencer.



Mon avis
Un avis en demi teinte. Une très bonne intrigue de chambre close et une moyenne aventure de Holmes. Malgré tout le scénario n'est pas à la hauteur de la descendance d'Alan Moore (certes, on ne peut pas demander d'égaler le père) même si il joue avec différents niveaux de lecture. Nous ne suivons pas un seul personnage mais Watson, le Yard, Mrs Hudson, Holmes... bref, la diversité des points de vue donne du relief à l'intrigue mais l'étouffe parfois en détails n'ayant que peu d'intérêt qui semblent combler du vide narratif, le scénario nous permet tout de même de nous forger notre intime conviction (on n'est pas étonner de la fin). Je dois avouer que cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un mystère en chambre close et l'on peut voir à quel point il est difficile de renouveler le genre. En ce qui concerne le dessin, il se rapproche d'une ancienne génération de comics assez dark et très, voir beaucoup trop encré (bref, un peu cracra). Le dessin en lui-même aurait pu être plus léger, certains personnages sont victimes d'un manque de fluidité dans leurs mouvements et se transforment parfois en petits soldats de plomb que l'on déplace au hasard des événements. Dans l'ensemble c'est un assez bon comic de Dynamite (spécialiste des licences de séries B) et une assez bonne aventure (pour ce qui est de la qualité holmésienne, ça se discute franchement). Le parti pris d'un Watson bedonnant m'énerve au point de m'enrager, tout autant que  la pauvre Mrs Hudson qui se paie une tête de chou vert mère-maquerellisé. J'aurais souhaité que le dessin soit moins old school. Une fois de plus je m'emporte contre la couverture qui est magnifique et laisse présager un dessin à la hauteur, tout en finesse et demi-teinte mais... elle est signée par John Cassaday, qui n'est pas le dessinateur du présent comic. Cassaday est un de mes auteurs préférés du moment qui a travaillé pour la série Astonishing X-Men, Hell-Boy et le parfait Je suis légion. Ce concept de double couverture est une sorte de tromperie sur la marchandise (même si un nombre incalculable de gens le voit comme un bonus...), surtout que cette BD était vendue sous blister dans ma librairie, on ne peut donc pas contrôler la qualité graphique sans l'intervention d'un vendeur en lui faisant les yeux du chat potté le priant de pouvoir atomiser la pellicule plastique sur laquelle il avait patiemment coller ses étiquettes. C'est assez désappointant et je n'aime pas être désappointée. 

Rendez-vous sur Hellocoton !