mercredi 18 avril 2012

CIN HUN D.- Hunger games, Gary Ross, 2012

Note : Grrrrrrr

L'histoire
Après un fameux soulèvement de 12 districts contre le pouvoir en place, un châtiment a été proclamé par l'Etat pour commémorer l'étouffement de cette révolution. Un tribut sera payé par les révoltés pour le reste des temps. Il consiste au don par tirage au sort pour chaque district d'une fille et d'un garçon qui devront combattre à mort durant une olympiade télévisée. Afin d'épargner une mort certaine à sa soeur Katniss se porte volontaire pour prendre sa place. Survivra t'elle aux guerriers nés pour tuer ?

Mon avis
Ca fait froid dans le dos et du coup, étant de la petite minorité des gens qui n'ont pas encore lu Hunger games, je me retrouve dans l'obligation de lire la suite espérant le soulèvement de la population... 
Un mot sur Gary Ross au sujet duquel il me semble que j'avais déjà fait un billet, il avait déjà adapté au cinéma le très sympa la Légende de Desperaux qui nous trainait déjà (enfin... les enfants) dans les méandres du respect des castes et du totalitarisme. De même, qu'il avait réalisé la Légende de Seabiscuit (pareil, une histoire sur les cadres, la norme, les choses qui semblent perdues d'avance) et écrit le super scénario de Big. Bref, ce réalisateur ne m'a pas souvent déçu et là encore il était très bon. Malgré tout,  je n'ai pas été très émue mis à part au moment de la mort de Rue (et encore il me faut le moment où Katniss dépose des fleurs sur elle) mais je trouve que la réalisation bien que classique est très honnête avec les spectateurs qu'on ne prend surtout pas pour des imbéciles, ce qui est rare dans le grand monde des licences et adaptations de romans... J'ai beaucoup apprécié le choix du casting qui a fait pleine confiance à toute une tripotée d'acteurs pas très connus, Jennifer Lawrence est magnifique, on avait déjà pu la remarquer dans le dernier très bon X-men dans le rôle de Mystique. Lenny Kravitz fait une apparition très remarquée et sympathique, preuve qu'il y a une belle vie après la chanson. J'ai apprécié l'aspect outrancier des tenues des habitants de la ville mais je suis un peu restée en plan sur l'aspect graphique du film en général qui aurait pu être peut-être plus soigné de même que je ne remercie pas les maquilleurs qui ont fait un travail... étrange. La musique était pas mal mais ce n'est pas la meilleure BO de J.N. Howard, il est passé à côté de l'aspect émotions du film ce me semble). A noter que le réalisateur de la seconde équipe était Steven Soderbergh, rien que ça. 

En bref : Le film ne m'a pas déçu, il m'a fait "un peu" réfléchir à la société actuelle et ce qui pourrait advenir d'elle, du coup, j'ai pris un petit coup de blues en réalisant que l'on avait peut-être déjà les deux pieds dedans, je songe à apprendre à tirer à l'arc sous peu... non, parce que l'on sait jamais des fois que... ça peut servir. 
Rendez-vous sur Hellocoton !