lundi 8 août 2011

F FAN D.- Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, Beth Fantaskey, Ed. Du Masque, 2009

Note : Grrrrrrr

L'histoire
Jessica est en terminale, est matheuse, a été adoptée bébé par une famille de babas cools végétariens et est tombée amoureuse de Jack un garçon qui vit dans une ferme et qui est vraiment gentil, ce dernier d'ailleurs ne semble pas être indifférent. Tout pourrait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes. Seulement voilà, un jour un immense et sombre roumain, hautain et bourré d'usages désuets, vient réclamer sa fiancée et comble de tout, il prétend être un vampire promis en mariage nouveau né à la Princesse Antanasia. Il doit y avoir une erreur, comment pourra t'elle se dépêtrer de cette situation épineuse. 

Mon avis
On me l'avait chaudement recommandé, je me méfiais, comme tous les grands succès j'ai parfois un avis  divergeant. Et puis mince alors, encore un livre de bit-lit pour ado, on en a soupé non ? Voilà que lors d'un rendez-vous (à dire à l'américaine) mon charmant et ténébreux compagnon me l'achète suite au conseil de la copine de son meilleur ami (toujours se méfier des compagnes des meilleurs amis). Situation inextricable me voilà obligée de le lire. En grognant et en me trémoussant sur mon fauteuil j'attaque la lecture du livre. Page 29 je maugrée en disant "Damned, je viens encore de me faire avoir" car oui je venais de me rendre compte que j'appréciais ce livre. Alors pourquoi ? me direz-vous, parce que comme l'héroïne au début je déteste ce grand roumain prétentieux dégingandé qui ne perd pas une occasion pour crâner et puis petit à petit je m'aperçois que les personnages prennent de l'épaisseur, j'aime tout particulièrement les passages où Lucius écrit à son oncle resté dans les Carpates. En revanche je m'interroge sur le titre, la simple traduction du titre américain Jessica's guide to dating on the dark side n'était elle pas meilleure ? Est-ce que le responsable éditorial du Masque qui n'avait pas lu le livre c'est dit "Mince pas assez vendeur, je vais bidouiller ça à ma façon" non, parce qu'il y a eu plantage, soyons sérieux. J'ai beaucoup aimé également que ce ne soit pas une simple histoire d'amour contrarié mais que derrière le poids des devoirs et des traditions soient présents. Ce n'est tout de même pas du Proust soyons francs et puis l'ambiance à l'américaine m'énerve entre ses pompoms girls et ses matchs de basket c'est pas des plus original, mais lorsque Jessica arrive en Roumanie c'est assez intéressant car les personnages parlent un peu la langue du pays, malheureusement cela ne correspond qu'à quelques pages, j'aurais davantage ronronné si on s'était attardé dans le pays sur le choc culturele netre Jessica et ses hôtes. Bon, cela reste un"gentil" petit roman addictif à souhait. Merci à L. la copine du meilleur copain, au copain et à mon ténébreux "Fatalitas". 
Rendez-vous sur Hellocoton !