dimanche 6 novembre 2011

FY LEW A.-Tant que nous n'aurons pas de visages, C.S. Lewis, Anne Carrière, 2011, 20,50€

Note : Grrrrrrr

L'histoire
(Résumé Babelio)
Conte philosophique adapté du mythe des amours de Cupidon et de Psyché. Sous la forme d’une confession, la reine Orual relate la manière dont elle s’empara autrefois du trône de son père, le combat qu’elle livra pour mettre fin au culte tyrannique de la déesse Ungit à laquelle sa demi soeur fut sacrifiée, et comment elle triompha de l’obscurantisme où était plongé son peuple. Version pour adultes.

Mon avis
Une plume magnifique pour une épopée antique qui n'aurait pas fait rougir Homère. L'Auteur du Monde de Narnia était ami avec Tolkien. Je l'ai appris dans l'intro du roman. A présent que je le sais, tout m'apparait comme une évidence car enfin il y a bel et bien un même projet à la base du Seigneur des anneaux Tolkien et des écrits de Lewis. J'avais tellement adoré Narnia que j'avais occulté l'existence d'autres textes de cet auteur, avec la réédition de Tant que nous n'aurons pas de visages j'ai été submergée par un excellent moment de lecture. Les héroïnes sont loins d'être communes et c'est ce qui rend ce roman si atypique. Un livre à lire d'urgence pour les amateurs du genre. Ce que j'ai trouvé tout particulièrement génial est ce glissement culturel du monde greco-latin à une cité barbare qu'opère Lewis, éloignant les personnages de leur signification culturelle et cultuelle. En effet, l'aspect religion est effacé ou tout du moins très très estompé afin de dédouaner les personnages de tout prosélytisme de quelque forme que ce soit. On nous annonce également une histoire d'amour mais ne vous laissez pas prendre c'est bel et bien le côté obscur de l'amour qui est ausculter, la manière dont nous nous reflétons dans l'amour et notre impossibilité parfois à le conquérir. 
Rendez-vous sur Hellocoton !