dimanche 5 février 2012

DVD VAN A.-Vanity fair, Mira Nair, 2005

Grrrrr
L'histoire
Becky Sharp, fille d'une danseuse française et d'un peintre miséreux anglais, une fois orpheline,  se retrouve placée dans une institution pour jeunes filles. L'objectif de sa vie est de se faire une place dans la bonne société. Cette femme sans un seul sou a réussir grâce à son intelligence à se hisser dans les échelons sociaux mais, est-ce vraiment finalement ce qu'elle souhaitait ?

Mon avis
J'aime beaucoup Reese Whiterspoon mais les rôles XIXème ne lui vont pas du tout. Malgré tout il faut bien le dire le reste du casting est impeccable James Purefoy (vu et remarqué précédemment dans Chevalier), Romola Garai (vue et remarquée, elle était trop jolie pour incarner le personnage d'Angel dans le film d'Ozon), Jonathan Rhys Meyer (les Tudors), Gabriel Byrne qu'on ne présente plus entre autres seconds rôles excellents. Le scénario est tiré de l'oeuvre de William Makepeace Thackeray, mais je trouve qu'il a été assez mal fait pour lui retirer toute profondeur qui existait dans le roman de ce dernier dont certains passages sont biographiques de son enfance et c'est là  un lieu d'effarement pour moi car si Matthew Faulks nous avait accoutumé au fait, il n'en est rien pour le second scénariste Julian Fellowes qui a travaillé sur Downtown Abbey pour lequel je ne tarie par d'éloge. C'est doublement étrange d'ailleurs car Mira Nair nous avait habitué à beaucoup de profondeur comme dans son film magnifique Le Mariage des moussons. Je recommande le film car la façon de filmer est assez majestueuse, surtout le fait de filmer les plans larges comme la pauvre Becky perdue dans la foule, dans les bals ou son arrivée en Inde. En revanche il m'a clairement manqué quelque chose, plus de profondeur, plus de charge émotionnelle, plus de travail sur certains personnages.  

Rendez-vous sur Hellocoton !